Portrait de nos collaborateurs : Nathalie

19.07.2019 - 15 h 19

Parce que l’Elan Chalon ce n’est pas qu’un club de basket, nous partons à la rencontre de nos collaborateurs. Découvrez un nouveau portrait chaque semaine !

Cette semaine, Nathalie a répondu à nos questions.

Bonjour Nathalie, peux-tu te présenter brièvement ?

Je suis San Priote (native de Saint Priest, banlieue de Lyon) et suis installée dans la région chalonnaise depuis début 1989, mon mari ayant été embauché au Journal de Saône et Loire. J’ai 2 fils Simon et Clément.

Parle-nous du poste que tu occupes.

Je suis arrivée à l’Elan en novembre 2008, cela fait donc un peu plus de 10 ans que je suis la comptable du club.  J’occupe seule cette fonction et je suis assistée d’un cabinet comptable pour le bilan, la situation intermédiaire et tout le social.

Quelle est ta semaine « type » ?

Le club est une véritable PME dont le secteur d’activité est le basket professionnel. J’effectue donc toutes les tâches dévolues aux entreprises :

  • Saisie des factures fournisseurs et règlements, saisie et suivi de la trésorerie, intégration des factures clients, relance, la préparation des éléments de paye.
  • Déclarations de TVA, et autres déclarations…

Nous avons en plus la particularité de produire des documents demandés par la Ligue Nationale de Basket selon un calendrier précis (arrêté comptable au 30/6 /N, situation comptable au 31/12/N, budget prévisionnel pour la saison S+1).

Une anecdote particulière à nous évoquer ?

Je suis restée 2 demi-journées avec la comptable que je remplaçais et à l’époque les joueurs américains étaient rémunérés en dollars. Il fallait en acheter et « gérer le stock », suivre le cours et les variations. La parité avec l’euro avait une incidence non négligeable dans les comptes. J’ai fait une fixation sur ce point et j’ai été soulagée quand tous les joueurs ont été payés en euros !

Ton meilleur souvenir ?

Le 1er titre de champion de France. Le déplacement à Bercy, l’ambiance particulière pendant le match et aussi en après match et toute l’organisation en amont  (bus…)… bref, il n’y a pas de mot pour décrire ce souvenir.