PROZ-ALL

Interview Sebastian Machowski

17.11.2021 - 10 h 25

En version Google Trad :

Lors d’une visite à Leo De Rycke, l’ancien  directeur sportif de Brose Bamberg, à Chalon-sur-Saône (France), la  lectrice de BIG Simone Rasim a eu l’occasion de mener une interview un peu différente  avec Sebastian Machowski.

Avant la dernière séance d’entraînement pour le match important contre Lille, l’ancien BBL et joueur national, actuel entraîneur-chef de l’équipe de France de deuxième division Elan Chalon, a pris le temps d’une interview.

 

 

Sebastian, à ce jour, tu as déjà quelques postes d’entraîneurs sur ton  CV : Pologne, Allemagne, Chine, maintenant France. Pouvez-vous décrire brièvement les différences aux lecteurs de BIG ?

C’est une vaste question. Je dis toujours que c’est le même sport en Chine, mais un jeu complètement différent. On m’a souvent demandé quel serait le niveau en Chine. Un seul étranger est autorisé dans chaque équipe. Si tel était le cas en Allemagne, le jeu serait également différent. Chaque pays a sa propre mentalité et cela s’applique également au jeu. En France, les joueurs de Pro A, mais aussi de Pro B, sont nettement plus sportifs qu’en Allemagne. Les tâches que j’ai en tant que formateur sont également très différentes. Les signes sont clairs ici : la promotion en Pro A est l’objectif déclaré de la saison. Et la Pro B en France est définitivement la meilleure deuxième division qu’il y ait en Europe. Mais dans l’ensemble, nous avons beaucoup de qualité et de talent dans l’équipe ainsi que plusieurs joueurs tels que

Pourquoi avez-vous fini en France de tous les endroits et pourquoi êtes-  vous le meilleur entraîneur pour ce travail que Chalon aurait pu obtenir  ?

D’une part, j’ai maintenant beaucoup d’expérience, d’autre part, je maîtrise mon métier. Dans l’ensemble, il s’agit toujours de leadership. Leo (De Rycke, directeur sportif) voulait un apport différent pour le club et quelqu’un qui pourrait donner de nouvelles impulsions. C’est toujours un défi de réunir des joueurs jeunes et plus âgés sous un même toit, ainsi que des joueurs de différentes nationalités, quel que soit le pays dans lequel vous travaillez.

J’avais déjà un contrat pour une autre saison en Chine, mais je voulais être plus proche de ma famille, alors j’ai décidé de retravailler en Europe. Globalement cependant, j’ai eu de bonnes expériences en Chine, même si la saison dernière a été un challenge, où nous avons vécu presque six mois enfermés dans un hôtel dans une bulle. Pour moi, j’ai découvert que j’aime être entraîneur-chef, mais que je peux aussi travailler aussi bien comme entraîneur adjoint. L’essentiel est que vous puissiez vous identifier à vos tâches.

Vos compétences linguistiques ont-elles joué un rôle ?

Oui, certainement, car ils cherchaient un formateur maîtrisant la langue française.

Comment vous entendez-vous en France et surtout ici dans cette  région très rurale ?

Je n’ai pas de problème avec ça. J’y ai trouvé une bonne organisation, une bonne salle et de bonnes opportunités de formation. Un bel appartement, de bons restaurants, des gens sympathiques – vous n’en avez pas besoin de plus.

Faites-vous du pain vous-même ou n’avez-vous toujours aucun problème avec la baguette  ?

A la maison j’aime manger du pain noir, mais une bonne baguette est aussi délicieuse.

Chalon-sur-Saône est située en Bourgogne, une région viticole réputée. Devenez-  vous automatiquement un buveur de vin ?

Au moins on a la possibilité de toujours boire du bon vin. C’est une question très importante ici. Nous avons même fait un tour à vélo avec l’équipe dans une cave et avons également fait une dégustation de vin là-bas. Plusieurs sponsors du club sont également actifs dans cette industrie.

Ta famille n’est pas là. Cela signifie-t-il que toute votre vie tourne autour du  basket-ball ou y a-t-il une vie en dehors du sport ?

Le centre de ma vie est clairement la salle, mais j’essaie déjà de me consacrer une ou deux heures par jour. Mais hier soir, après notre séance d’entraînement, j’ai regardé trois matchs d’Euroligue. Donc, même dans mon petit temps libre, beaucoup de choses tournent autour du basket-ball.

Elan Chalon a été relégué la saison dernière. La pression est-elle particulièrement élevée maintenant  Après tout, c’est un club traditionnel qui souhaite naturellement revenir en Pro A au plus  vite.

Bien sûr, la pression est grande. Lors de la saison 2016/17, Elan Chalon était encore champion de France et ils sont désormais relégués. Il n’y a qu’un seul objectif pour la saison et c’est la promotion immédiate en Pro A.

BIG lecteur Simone Rasim avec Sebastian Machowski et Leo De Rycke. Photo : privé. 

En tant qu’entraîneur, pensez-vous au fait que vous êtes toujours assis sur le  « siège éjectable » ? Quelques défaites et vous êtes viré. N’est-ce  pas un immense fardeau psychologique ?

Elan Chalon est censé se relever au plus vite, mais je ne pense pas tout le temps aux conséquences. Pour moi, à la fin de ma carrière de joueur, c’était une conséquence logique de devenir entraîneur, car je pensais souvent dans des situations problématiques que je les résoudrais et que je pouvais mieux les résoudre que les autres entraîneurs. L’attrait et le défi résident dans les relations interpersonnelles, où je vois mes forces. C’est pourquoi j’ai été expulsé à Oldenburg, par exemple, je ne le méritais pas à mes yeux. Mais bien sûr, je me questionne quand quelque chose comme ça arrive. Au total, après trente ans dans le sport professionnel, j’ai réussi à éloigner de moi le stress psychologique. Personnellement, la séparation physique d’avec ma femme et mes enfants me pèse beaucoup plus (la famille habite à Oldenburg. NDLR).

N’est-ce pas un travail incroyablement solitaire parfois ? Vous avez  votre équipe d’entraîneurs, le bureau, mais en fin de compte, vous êtes celui qui reste seul  sur la touche et prend des décisions tout  seul.

Ça va bien. D’une part, il n’y a pas de famille. En revanche, je n’ai malheureusement pas pu me faire accompagner d’un entraîneur adjoint, ce qui bien sûr aurait pu rendre la situation professionnelle plus agréable. Mais d’abord et avant tout, c’est juste pour le travail et on m’a donné un petit et bon personnel. La joie doit toujours faire partie d’un travail et c’est ici aussi.

Un entraîneur allemand travaille avec un directeur sportif belge pour une  équipe de France. Est-ce que ça peut marcher ?

Qu’entendez-vous par peut? Cela fonctionne bien dans tous les sens.

Que devrait-il se passer pour que vous mettiez fin à votre contrat plus tôt? Une  offre de l’Allemagne ?

Si j’avais reçu une offre adéquate de l’Allemagne cet été, je ne serais pas ici maintenant. Cependant, les autocars allemands ne sont pas demandés dans la BBL. Ici en France c’est complètement différent et plutôt une exception quand un non-français entraîne une équipe, en championnat allemand, en revanche, on ne trouve quasiment pas d’entraîneurs allemands. Mais c’est plus une longue discussion de principes.

Restez-vous en quelque sorte en contact avec les fans de vos clubs précédents ou  cela se perd-il avec le temps ?

À Oldenburg, je rencontre déjà des fans dans la rue ou au marché. Vous discutez brièvement, mais il n’y a pas de contact plus étroit avec les fans.

Les fans ici sont extrêmement critiques. Vous pouvez pousser l’équipe  , mais aussi la tirer vers le bas si un joueur ne réussit pas à frapper deux lancers  d’affilée. Comment faites-vous pour que les jeunes  joueurs, en particulier, n’aient aucun problème avec ça ?

On parle toujours de confiance, mais au final un joueur doit avoir beaucoup de confiance en lui et apprendre à se prendre en charge. La pression ici est bien sûr élevée à cause de la relégation la saison dernière et il m’est arrivé de devoir remplacer un joueur plus jeune parce qu’il ne pouvait évidemment pas le supporter. En général, il est important pour moi d’avoir une humeur positive dans l’équipe et dans le club, et bien sûr aussi lors des matchs à domicile. Cela motive les joueurs et leur permet de réussir. Leo et moi apportons cette attitude positive avec nous, et c’est la base de notre communication et de notre travail quotidiens.

Quelle a été votre mot à dire dans la sélection des joueurs ?

Bien sûr Léo suggère les acteurs, il sonde et connaît le marché, notamment français. C’est son travail. Mais aucun joueur n’a été amené qui n’a pas été approuvé par moi, avec plusieurs jeunes joueurs du club rejoignant l’équipe aux côtés de Mike Gelabale. Six des douze joueurs ont moins de 21 ans. En plus de la promotion en tant qu’objectif, il existe également d’importants projets parallèles avec soutien et formation, ce qui est d’ailleurs une figure de proue importante pour le club. Nous avons des jeunes ici qui ont ce qu’il faut pour être des joueurs de la NBA (par exemple Sitraka Raharimanantoanina). Les développer, leur donner une part du jeu et se hisser au sommet est un défi. Mais je suis sûr que je peux enseigner quelque chose non seulement aux jeunes, mais aussi aux joueurs plus âgés comme Gelabale (38 ans, ndlr).

Puis ce fut aussi l’occasion de s’entretenir brièvement avec Leo De Rycke , l’ancien directeur sportif de Brose Bamberg, qui travaille pour Elan Chalon depuis avril de cette année.

Pourquoi Sebastian était-il le meilleur entraîneur de votre équipe ?

Nous voulions un changement complet dans le club. C’était nécessaire après la relégation la saison dernière. Et si le coach n’est pas français, il doit au moins parler français. Je savais que Sebastian avait déjà joué en France et pouvait parler la langue. Le choix s’est donc porté sur lui.

Pouvez-vous décrire en trois mots… :

– votre vie en France : occupé au travail – nouvelle maison – faire ce que vous aimez

– Votre collaboration avec Sebastian : typiquement allemand – décontracté – intelligent

– votre équipe : équilibrée – talentueuse – polyvalente

– vos souhaits d’avenir pour vous – même : ascension directe – plus de temps libre – plus de temps pour la famille

D’ailleurs, Elan Chalon a remporté le match à domicile dans la salle presque comble « Le Colisée » (4500 spectateurs en Pro B) contre Lille ce soir-là et s’est hissé à la 3e place du classement. La voie que nous avons choisie est donc probablement la bonne.

 

A lire aussi

ESPOIRS / CADETS

Toutes les actus