PRO

L’Elan Chalon au pied de l’Olympe !

28.04.2016 - 14 h 30

Les esprits chagrins, souvent apparentés aux jaloux ne manqueront point de mésestimer, de dévaloriser la grandeur de l’événement qui se déroule ce week-end à Chalon.

Oui l’Euroligue, c’est mieux, oui l’Eurocup dont la SIG a disputé la finale, c’est au-dessus et la Fiba Europe Cup n’est en fait que le troisième niveau des compétitions européennes. Certes.

Mais qu’on se le dise, l’Elan Chalon et Strasbourg sont les deux derniers représentants du basket hexagonal à ce niveau. Dommage que les hommes de Collet ne soient allés jusqu’au bout de leur rêve amorcé au Rhénus en cédant mercredi dans le chaudron d’Istanbul.

La fierté du club que préside Dominique Juillot n’est pas mince d’avoir pu atteindre le dernier carré et d’organiser cette dernière levée de la compétition. La Fédération, la Ligue, le Grand Chalon, la Ville ont oeuvré à l’unisson pour obtenir le sésame, appuyés par de nombreux sponsors et partenaires. 

Sur les bords de Saône, « on » se souviendra de ce week-end du 1er mai. Assurément. 

Et si comme de nombreux supporters en caressent secrètement  le rêve, un titre constituerait plus que cerise sur le gâteau. Qui sublimerait une saison déjà réussie , et qui pourrait l’être encore plus. 

En atteignant les finales de Saporta en 2001 et de l’Eurochallenge en2012 l’Elan a déjà tutoyé le graal, le Colisée devenu « l’arêne du Grand Chalon » est prêt pour accueillir un authentique exploit qui ferait rentrer l’Elan dans le giron des « grands  » d’Europe et ainsi rejoindre le CSP Limoges auréolé de six titres européens (la coupe des coupes 1988, des clubs champions en 1993 et quatre coupes Korac en 1982/83/88 et 2000), ou encore Pau-Orthez (Korac 1984), le SLUC Nancy (Korac 2002) et plus près de nous en 2015, Nanterre qui a ravi l’Euro Challenge à Trabzonspor en Turquie, ne vous en déplaise.

Mais les obstacles à franchir sont de taille pour la bande à Jean Denys Choulet. Triple XL pour certains et notamment cet adversaire italien en ouverture, Varèse, un nom qui parle aux oreilles de ceux qui se nourrissent de balle orange et qui se souviennent de l’hégémonie de ce club dans les années 70/80. Cinq titres en coupe des clubs champions,deux coupes des coupes, trois intercontinentales, 10 fois champions d’Italie, le club de Varèse, Ignis il y a trente ans, Pallacanestro aujourd’hui est un gros client et il n’est pas insensé de dire que cette demi-finale est une finale avant la lettre. Elle aura une particularité, celle de permettre au public chalonnais de revoir un certain Brandon Davies (15,7 pts, 7,7 rebonds) qui est passé par Chalon la saison dernière pour suppléer Dawson.

L’autre match opposera les Russes de Enisey Krasnoyark que l’Elan a dominé par deux fois en phase de poule aux Allemands du Skyliners de Francfort, ceux-ci partant favoris. Second derrière Brose Baskets de Bamberg (euroligue) le club d’Outre Rhin a largement dominé les deux tours de poule de la compétition, et a notamment sorti l’AEK Athènes en huitièmes et les Israéliens du Maccabi Rishon Lezion en quart.

A lire aussi

PRO

Toutes les actus